Septembre 1964 : au cours de son 3ème et dernier voyage en Egypte, Malcolm X se rend brièvement à Gaza, en Palestine voisine.

Retour sur l’un des voyages méconnus du Black Shining Prince.

Du Caire à Gaza

Le 4 septembre 1964, un véhicule du gouvernement égyptien parti du Caire fait route vers l’Est, traversant le canal de Suez puis le désert du Sinaï, avant de finir sa course à Khan Yunis, un camp de réfugiés palestiniens dans la Bande de Gaza.

L’un des passagers de la voiture ne sait que trop bien ce qu’être exilé de sa patrie d’origine signifie. Malcolm X, fervent défenseur de la cause des Noirs américains, est venu à Gaza témoigner son soutien à la cause palestinienne.

Crédits : @AliAerosol

Au cours de son court périple, Malcolm rencontre des familles de réfugiés et visite des mosquées, des hôpitaux ainsi que diverses institutions nationales.

La Palestine, frappée par Malcolm X

Si Malcolm X est frappé par la situation des palestiniens, l’inverse l’est tout autant. Le Black Shining Prince ne laisse en effet nul interlocuteur insensible à sa propre situation et à la condition des Noirs américains. Par ailleurs, l’ancien porte parole phare des Black Muslims brille et éblouit ceux qu’il rencontre de par ses qualités humaines.

Malcolm X Palestine Bseiso
Malcolm X & Sheikh Muhammad Bseiso

Accompagné par le poète palestinien Harun Hashim Rashid durant son voyage, Malcolm X rencontre assez tôt le juge en chef de Gaza, le Sheikh Muhammad Bseiso. Un photographe immortalise l’instant, pour ce qui constitue à ce jour l’unique photo du séjour de Malcolm X en Palestine.

Selon Rashid, le Sheikh Bseiso fut « impressionné par le savoir, le tact et l’humilité de Malcolm X » et insista pour accompagner le ‘Hajj’ Malik al Shabazz dans ses différentes visites de mosquées et d’institutions nationales. Dans ses mémoires, Harun Hashim Rashid témoigne en outre que « toutes les personnes qui ont rencontré Malcolm X à Gaza l’aimaient, y compris Sheikh Bseiso ».

C’était un vrai musulman qui a versé des larmes à plusieurs reprises lorsqu’il entendait parler des tragédies des Palestiniens.

Harun Hashim Rashid

Le poète palestinien ajoute que Malcom X « est venu à Gaza avec un fort désir d’en savoir plus sur la cause palestinienne. C’était un vrai musulman qui a versé des larmes à plusieurs reprises lorsqu’il entendait parler des tragédies des Palestiniens. Il était un humaniste et musulman dans son essence. »

Retour au Caire

À la fin de son périple, le juge Muhammad Bseiso insiste et amène personnellement le leader afro-américain à l’aéroport d’El-Arish, en Égypte. Malcolm X monte alors les escaliers pour entrer à bord de son avion, puis se retourne vers ses hôtes, leur fait signe et leur lance « Nous reviendrons ! Nous reviendrons ! ».

Malcolm X Palestine OLP
Malcolm X & des membres de l’OLP avec leur leader Ahmad Chukairy. Couverture du livre d’Alex Lubin (lien d’affiliation) (Crédits images : UNC Press)

De retour au Caire, Malcolm X rencontre brièvement des membres de l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP) ainsi que leur fondateur et premier dirigeant, Ahmed Chukairi. Durant l’entrevue, l’icône de la cause noire échange et témoigne son soutien à la très jeune organisation, créée quelques mois plus tôt.

Une prise de position courageuse, assumée et pionnière de la part du leader afro-américain, à une époque où nulle icône occidentale ne se soucie -du moins publiquement- du sort de la Palestine.

Pionnier de la cause palestinienne outre-Atlantique

Quelques jours plus tard, le ‘Hajj’ Malik al Shabazz rédige un article engagé à l’encontre du colon israélien. Dans son article ‘Zionist logic’ -‘Logique sioniste’- publié le 17 septembre 1964 dans The Egyptian Gazette, Malcolm X questionne ainsi « Les sionistes ont-ils le droit légal ou moral d’envahir la Palestine arabe, de déraciner leurs citoyens arabes de leurs maisons et de s’emparer de tous les biens arabes uniquement sur la base de l’affirmation « religieuse » selon laquelle leurs ancêtres y vivaient il y a des milliers d’années ? […] »

Malcolm X Palestine Sioniste
Extrait de l’article ‘Zionist logic’

Malcolm X est alors, à cet instant, la seule icône occidentale à dénoncer l’invasion de la Palestine. 3 ans plus tard, en septembre 1967, Martin Luther King, l’autre leader pour les droits humains et civiques des Noirs américains que Malcolm X rencontre quelques mois avant sa venue à Gaza, déclarera pour sa part être pour une solution paisible de 2 Etats, et qu’Israël a « un droit d’existence ».

MLK estime par ailleurs que « La paix pour Israël signifie la sécurité, et nous devons défendre de toutes nos forces son droit d’exister […] Israël est l’un des grands avant-postes de la démocratie dans le monde ».

Ce n’est toutefois guère une surprise si le Black Shining Prince dénonce sans crainte -et avant les autres- les injustices subies par les autres peuples. Malcolm X n’a en effet jamais hésité à dénoncer avant les autres la guerre au Vietnam, ainsi que les différentes guerres de colonisation en Afrique.

C’est encore Malcolm X qui sera le seul leader afro-américain à supporter activement la militante Yuri Kochiyama dans sa dénonciation des crimes d’Hiroshima et Nagasaki et dans sa quête de justice, elle qui fut internée avec ses proches dans un camp de concentration de l’Arkansas lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Héritage

Si, de son vivant, Malcolm X est le seul leader afro-américain défendant ouvertement la cause palestinienne, les choses évoluent quelques temps après son assassinat. Divers mouvements et groupes afro-américains et panafricains apportent à leur tour leur franc soutien à la cause.

Malcolm X Palestine Ethel Minor
Crédits : Archives SNCC

En juillet 1967, Ethel Minor -qui a par le passé travaillé avec Malcolm- publie pour le Student National Coordinating Committee (SNCC) un article intitulé «Le tiers-monde cerné – Le problème palestinien : testez vos connaissances» dans lequel il énumère 32 affirmations factuelles sur l’histoire du colonialisme en Palestine et l’impact de la Guerre des Six Jours sur la population palestinienne.

Même son de cloche du côté des Black Panthers, une organisation afro-américaine d’inspiration marxiste-maoïste créée en octobre 1966 et prônant l’autodéfense. Le co-fondateur du mouvement Huey P. Newton, fortement inspiré par les positions de Malcolm X sur l’autodéfense, déclare en effet que “Israël a été créée par l’impérialisme occidental et est maintenue par la puissance de feu occidentale.”

Black Panther OLP
Des membres du Black Panthers Party (à gauche) et de l’OLP (à droite) – 1969 (Crédits : Festival culturel panafricain)

En 1969, des membres des Black Panthers rencontrent des membres de l’OLP -dont Malcolm X a rencontré le fondateur 5 ans plus tôt- lors du premier Festival culturel panafricain organisé en Algérie.

En 1974, Mohammed Ali affiche et formalise à son tour son soutien à la cause palestinienne, en visitant deux camps de réfugiés palestiniens dans le sud du Liban. Le Boxeur Poète déclare alors sobrement à cette occasion « En mon nom et au nom de tous les musulmans d’Amérique, je déclare le soutien à la lutte palestinienne pour la libération de leur patrie et pour l’éviction les envahisseurs sionistes ».

Mohammed Ali Palestine
Mohammed Ali visite un camp de réfugiés au Liban, 1974 – HD & Colorisation MA MX

Facebook
YouTube
Instagram
Follow by Email

Articles recommandés

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires